Du front Est à Penguérec ?

Auteur : Dimitri Poupon / juin 2019

Le massacre de Penguérec s’intègre dans un contexte bien spécifique, sur le plan opérationnel bien entendu, mais aussi sur celui des ordres reçus par les Allemands présents dans le secteur à cette période. Ces ordonnances laissent en effet supposer qu’ils appliquent les méthodes de répression du front de l’Est, mais l’histoire est en réalité plus complexe.

Les Allemands imposent, et ce depuis 1940, un arsenal législatif et répressif très dur contre la population française. Ils décident ainsi d’appliquer les lois militaires sur l’ensemble du territoire occupé. Ces textes prévoient que tout acte hostile envers des troupes de la Wehrmacht entraîne systématiquement une condamnation à mort. Toujours en 1940, les juristes du Militärbefehlshaber in Frankreich mettent en place une politique de déportation d’otages en cas d’attaque de résistants sur les troupes allemandes. De plus, ces mêmes juristes déclarent en septembre 1940 que « la population doit s’attendre à être traitée comme solidairement responsable pour des actes hostiles commis par les civils isolés ».

Jusqu’au 6 juin 1944, il y a très peu de massacres en France. À partir du débarquement, les choses changent et les Allemands se retrouvent sur la défensive, à devoir combattre en face d’eux les Alliés et dans leur dos la Résistance que les Allemands voient comme des partisans, comme il en existe sur le front de l’Est. Pour autant, à Penguérec, il est difficile de voir une importation en Bretagne du processus de massacre : ce sont en effet des marins qui sont ici à l’œuvre et jamais ils ne combattent contre les Soviétiques.

 

Proposé par : Bretagne Culture Diversité