Souterrains armoricains de l’âge du Fer

Auteur : Stanislas Bossard / mai 2017

Depuis le XIXe siècle, près de deux cents souterrains datés de l’âge du fer ont été mis au jour en Bretagne. Aménagements caractéristiques des fermes gauloises de l’ouest de la péninsule armoricaine, ils ont très probablement été utilisés en tant que structures de stockage, du VIe au IIe siècle avant notre ère. Les souterrains, dans lesquels on pénètre par un ou quelques puits d’accès dont la profondeur peut atteindre 4 m, se composent généralement d’une succession de salles reliées par des ouvertures étroites, dites chatières.

Il n’était guère aisé de progresser dans ces galeries souterraines : les salles, creusées en sape, mesurent environ 1,30 m de haut, et certaines chatières n’excèdent pas 40 cm de côté. La nature des produits stockés sous terre demeure inconnue : les salles sont le plus souvent découvertes vides de tout objet. Les Gaulois ont pu y déposer les produits des récoltes (céréales ?), ou encore des boissons, alcoolisées ou non, des produits laitiers ou de la viande. Quoiqu’il en soit, ces souterrains, dont les entrées étaient parfois dissimulées à l’intérieur des maisons, pouvaient accueillir des denrées ou des produits précieux, en cas de troubles. Quelques découvertes récentes ont montré que des souterrains mais aussi des caves boisées d’aspect similaire – dont quelques exemples sont attestés en Bretagne – se sont également développés à l’âge du fer en Basse-Normandie, dans la Manche et en plaine de Caen ; d’autres architectures souterraines étaient aussi utilisées à la même période outre-Manche, en Cornouailles anglaise et en Écosse.

Répartition des souterrains et des caves boisées de l’âge du Fer en Bretagne et Basse-Normandie - Réal. S. Bossard

Proposé par : Bretagne Culture Diversité