Le père du cyclisme moderne ?

Auteur : Yves-Marie Evanno / mai 2021

Dans les années 2010, la domination de l’équipe britannique Sky sur le Tour de France met en évidence, dans le discours médiatique, l’importance des « gains marginaux » pour améliorer les performances des coureurs. Pourtant, si la méthode est novatrice à bien des égards, elle n’est pas nouvelle. Déjà en 1908, Lucien Petit-Breton rédigeait un manuel à l’attention « tous les aspirants champions » dans lequel il formulait ses conseils mécaniques, d’hygiène et d’entraînement. Mais c’est surtout Cyrille Guimard qui, à la fin des années 1970, contribue à faire entrer le cyclisme dans l’ère moderne. En effet, dès sa nomination à la tête de l’équipe Gitane, le Breton impose des idées à contre-courant des pratiques de son époque. Regrettant l’individualisme qui règne dans le cyclisme, il s’active à constituer un groupe formant « un tout indissociable, inaliénable dans la mesure du possible » afin que les équipiers soient pleinement concernés par la réussite de leur leader. Pour y parvenir, il recrute minutieusement ses salariés (aussi bien les cyclistes que les masseurs dont le rôle est, selon lui, fondamental pour l’ambiance du groupe) sur des critères professionnels et humains. Il rassemble également ses coureurs lors de stages et, surtout, modifie l’attribution des primes afin qu’elles puissent profiter plus équitablement à l’ensemble des coureurs.

En parallèle, Cyrille Guimard décide de perfectionner les programmes d’entraînement individualisé initiés par Antonin Magne, le célèbre directeur sportif qui lui avait donné sa chance chez les professionnels dix ans plus tôt. Le Breton invente alors la relation à trois : « entraîneur-coureur-médecin ». En incluant désormais un staff médical dans sa formation (composé d’un médecin, de kinés et d’un ergonome), il souhaite mettre à profit l’expérience de sa propre blessure au genou. En effet, identifier précocement une pathologie chez un coureur permet d’adapter son positionnement afin de ne pas en arriver à la situation extrême et irréversible qui fut la sienne. En outre, « pédaler bien » permet, selon lui, de « mieux s’entraîner », et donc d’être « plus fort sur les courses ».

Enfin, Cyrille Guimard met à profit les progrès technologiques pour améliorer les performances de ses coureurs. Il profite de la logistique du groupe Renault, qui vient de racheter les cycles Gitane, afin de réaliser des tests en soufflerie. Ces études, couplées avec une réflexion menée conjointement avec des aérodynamiciens et des ergonomes, permettent de travailler sur le coefficient de pénétration dans l’air des coureurs et gagner de précieuses secondes lors des contre-la-montre. L’élaboration du « système Guimard » explique en grande partie la réussite de son équipe qui, durant près d’une décennie, règne sans partage sur le monde du cyclisme. Il n’en fallait pas moins pour convertir les formations concurrentes qui généraliseront ces méthodes au point d’en faire la norme. À ce titre, il n’est pas exagéré de considérer Cyrille Guimard comme l’un des pères du cyclisme moderne.

Proposé par : Bretagne Culture Diversité