La bataille des Vénètes

Auteur : Philippe Lanoë / novembre 2016
Les armées romaines dirigées par César font la conquête de la Gaule en plusieurs campagnes militaires entre 58 et 51 avant J.-C. Le nord-ouest de la Gaule désigné sous le nom d’Armorique, « pays au bord de la mer » passe sous le contrôle de Rome lors d’un des épisodes importants de cette guerre : la défaite navale des Vénètes en 56 avant J.-C.

Au cours de l’été 57 avant J.-C., Publius Crassus, envoyé par César, obtient des peuples d’Armorique une soumission garantie par des otages. Il s’installe pour l’hiver chez les Andes (Anjou). Cette soumission obtenue facilement ne dure pas. Est-elle née de l’effet de surprise dû à l’arrivée inopinée des Romains ou d’une incompréhension sur le sens donné à cet échange d’otages ? Au début de l’hiver 57 les Vénètes prennent en otage à leur tour deux préfets venus réquisitionner du blé, montrant ainsi qu’ils n’entendent pas être soumis à Rome.

Les Vénètes disposent d’une flotte marchande importante et font office de rouliers des mers pour les peuples qui les entourent. L’arrivée des Romains et leurs projets d’invasion de l’île de Bretagne risquent d’affaiblir leur position maritime. Ils entraînent les peuples voisins dans leur révolte et appellent à l’aide les peuples de l’île de Bretagne.
Le prétexte est tout trouvé pour César d’attaquer les Armoricains.

Guerre terrestre

Les Vénètes n’ont pas de navires de guerre. Ils rassemblent leur flotte marchande et fortifient leurs oppida tandis que César donne l’ordre à Brutus de faire construire une flotte chez ses alliés les Pictons (Poitou) et peut-être aussi les Andes. Il fait aussi venir des galères de la mer Méditerranée. Revenu en Gaule au printemps 56, César prend la tête d’une campagne terrestre.

L’infanterie romaine tente en vain de prendre les oppida vénètes placés en bord de mer sur des pointes de terre faciles à fortifier. Les Armoricains évitent les combats à terre et dès qu’une forteresse est attaquée, ils fuient par la mer. La guerre s’éternise une grande partie de l’été 56 jusqu’à ce que la flotte romaine soit prête.

Navire des Sept-îles

PEAUDECERF (Hervé), Peñseoù ha peñseidi, éd. Frifurch, 2006, Aquarelle : Jean-François Guével
Les Vénètes disposent de navires marchands et non de guerre. La description faite par César laisse penser qu’il s’est trouvé devant des navires inconnus de lui, produit d’une technologie très éloignée de son monde. En fait, les navires vénètes devaient ressembler au navire des Sept-îles, reconstitué ici et aussi être proches du navire de commerce méditerranéen dit à dolia (grandes cuves en terre pour transporter le vin).

Plus d'infos sur ccj.cnrs.fr

La bataille navale

Les Romains sont prêts en septembre et la flotte se dirige vers le littoral vénète, plus précisément vers l’entrée du golfe du Morbihan. De leur côté, les Vénètes ont rassemblé leur flotte, à l’abri dans le golfe. Leur port principal se trouve sans doute à Locmariaquer ou dans la rivière d’Auray. Portés par un vent favorable de nord-ouest et par la marée descendante 220 navires gaulois sortent du golfe du Morbihan. La flotte de Brutus mouille devant les grandes plages de la presqu’île de Rhuys au pied du tumulus du Petit Mont dont César a fait un poste d’observation remarquable.

Bataille navale des Vénètes 56 av. JC

Les navires vénètes se rangent face aux galères romaines mais les Romains savent que leurs éperons ne peuvent résister aux puissants navires vénètes mus par un vent portant. Selon Dion Cassius, Brutus un temps effrayé songe à échouer ses navires. La flotte romaine se rapproche de la côte, les navires vénètes, obligés de manœuvrer face au vent pour les suivre, perdent de la vitesse. Forts de cet avantage les Romains décident d’adopter une attitude plus offensive. Le déplacement des flottes vers le large offre à nouveau la possibilité aux Vénètes de manœuvrer mais les galères plus rapides grâce à leurs avirons esquivent les attaques vénètes. De manière inattendue, le vent faiblit dangereusement et la flotte vénète a plus de mal à manœuvrer. Les Vénètes ne se sont pas équipés d’armes de jet, il est donc possible d’approcher leurs navires sans danger en se plaçant dans leur vent sur leur travers arrière. Armés de faux, les Romains s’approchent et coupent les cordages des voiles gauloises, réduisant ainsi à l’impuissance une partie des navires. Chaque navire vénète est cerné par deux ou trois galères, il ne reste plus qu’à monter à l’abordage. Le combat commencé vers 9 heures du matin s’achève à la tombée de la nuit.

Conséquences

Privés de leur flotte les Vénètes sont obligés de se rendre. Selon César lui-même : « …il fit mettre à mort tous les sénateurs et vendit le reste à l’encan… ». Il s’agit très probablement des soldats prisonniers et non de la population entière. Il est probable que les Vénètes participent, comme les autres peuples armoricains, aux combats qui suivent, que ce soit la révolte de Vercingétorix ou celle de Dumnacos.

Bibliographie

Articles :

  • Denis Michel, « La campagne de César contre les Vénètes », Notices d’archéologie armoricaine, Annales de Bretagne, tome 61, n° 1, 1954, pp. 126-153.
  • Emmanuelli Pierre, Merlat Pierre, « César et les Vénètes : le combat naval de 56 av. J.-C. », Annales de Bretagne, tome 63, n° 1, 1956, pp. 55-87.
  • Creston René-Yves, « César et les Vénètes : notes critiques sur la bataille livrée par Brutus contre les Vénètes en 56 av. J.-C. », Annales de Bretagne, tome 65, 1958, pp. 59-64.
  • Bernier Gildas, « Les promontoires barrés des îles vannetaises du Mor Bras », Annales de Bretagne, tome 71, n° 1, 1964, pp. 67-74.
  • Thollard Patrick, « César, Strabon et les Vénètes : un faux « emporion », Revue archéologique de l’Ouest, tome 2, 1985, pp. 115-118.

Livres :

  • Eveillard Jean-Yves, « César, Guerre des Gaules », L’Armorique antique, Morlaix, Skol Vreizh, 2013, pp. 11-29.

Proposé par : Bretagne Culture Diversité