Le lycée de Nantes, pépinière de rugbymen

Auteur : Sylvie Bossy-Guérin / janvier 2019

Faire du rugby ou du football dans les établissements scolaires est autorisé depuis 1889. Cette pratique s’inscrit à la fois dans une réflexion générale sur l’amélioration de la condition physique de la jeunesse et dans une pédagogie sportive empruntée aux Anglais.

Les rugbymen du lycée de Nantes (établissement renommé lycée Clemenceau en 1919), auréolés de leur titre de champions de France interscolaires de rugby lors de la saison 1906-1907, ne se contentent pas de jouer le jeudi pour leur association scolaire. Preuve de leur passion pour ce sport, plusieurs lycéens endossent le maillot du Stade nantais Université Club (SNUC) le dimanche. Certains d’entre eux intègrent l’équipe première comme Pierre Monier, Paul Perthuy ou Alfred Eluère et retrouvent d’anciens étudiants passés par le lycée de Nantes comme Charles Hervoche. Présents dans les autres équipes engagées dans les championnats de l’Atlantique, les lycéens contribuent à assurer la relève et l’avenir du rugby à Nantes.

Nombreux sont les jeunes qui découvrent le rugby pendant leur scolarité et poursuivent ensuite cette pratique sportive. Ce sont trois joueurs passés par le lycée de Nantes, Pierre Monier, Pierre Rambaud et Georges Lefèvre qui créent en 1911, l’Union sportive pornicaise : « C’est de la bonne besogne de décentralisation et de propagande sportive » se félicite Le Phare de la Loire.

Le lycée de Nantes constitue « une pépinière d’excellents joueurs » précise le quotidien L’Ouest en 1913. Les journaux angevins soulignent régulièrement, comme gage d’expérience, le passage par le lycée de Nantes de nouvelles recrues dans l’équipe de rugby d’Angers Université Club. Une expérience mise au service de la Fédération française de rugby par l’ancien lycéen nantais, Alfred Eluère, qui en devient le président entre 1942 et 1952.

Proposé par : Bretagne Culture Diversité