Le rugby, le sport à la mode

Auteur : Sylvie Bossy-Guérin / janvier 2019

Avant la Première Guerre mondiale, la pratique du rugby à Nantes connaît un succès tel que des sociétés sportives, dont l’objet initial n’avait rien à voir avec le rugby, sont dans l’obligation, pour rester attractives, de créer une section de rugby : « C’est ainsi que notre vieille et importante société de gymnastique La Nantaise, pour n’en citer qu’une, comprenant tout le danger qu’il y aurait pour elle à ne pas suivre le goût du jour, a constitué une équipe de football qui deviendra certainement très vite un de nos bons team régionaux » explique Le Phare de la Loire. La Nantaise propose, à partir de 1911, un cours théorique de rugby au parc du Grand-Blottereau qui peut être suivi, sans supplément de cotisation, par les sociétaires. Le club peut ainsi mettre sur pied deux équipes. Le Véloce Sport nantais (VSN), fondé en 1892 et dont le but, défini dans les statuts, est de « développer le goût et l’usage du vélocipède, la pratique de la bicyclette », propose également à ses sociétaires, à partir de la saison 1912-1913, du rugby. Le VSN aligne, la saison suivante, trois équipes qui rivalisent avec celles du SNUC. Les statuts de cinq nouvelles associations nantaises dédiées exclusivement à la pratique du rugby sont déposés en 1913. « Le football association n’occupe pas à Nantes la place qui lui revient par ses qualités spéciales » regrette, en octobre 1913, le journaliste du Phare de la Loire qui l’explique par la « fascination » qu’exerce le rugby sur « nos jeunes athlètes locaux ». Le rugby n’est plus l’apanage d’une bourgeoisie urbaine et l’augmentation des adhérents s’accompagne d’une popularisation de la pratique. Des joueurs aux professions très variées se retrouvent sur les terrains nantais. C’est leur engagement pendant le match qui est le plus important pour les spectateurs présents chaque dimanche autour des stades.

Proposé par : Bretagne Culture Diversité