Opération César (automne 2012)

Auteur : Tudi Kernalegenn / mars 2019

Au cours de l’automne 2012, le conflit de Notre-Dame-des-Landes entre au cœur de l’actualité. Souhaitant commencer les travaux préparatoires à la construction de l’aéroport avant la fin de l’année, l’État décide de lancer une opération d’expulsion des lieux d’occupation illégale sur la ZAD. C’est l’« opération César ». Le 16 octobre, gendarmes et CRS investissent les lieux, évacuant 150 zadistes de 11 sites occupés illégalement. L’objectif est de détruire les cabanes et maisons squattées, de faire place nette pour les travaux. Une résistance acharnée des zadistes se met en place immédiatement, avec le soutien de l’ensemble du mouvement d’opposition au projet d’aéroport, ressoudé face à ce qui est vécu comme une agression. Les images télévisées de l’expulsion de la zone par la force, les photos de pelleteuses démolissant les bâtiments, secouant les arbres de la forêt de Rohanne pour en faire chuter les cabanes passent en boucle.

Face à l’opération César se met en place l’opération baptisée avec ironie « Astérix ». La résistance est réelle, se concrétisant par la construction de nombreuses barricades défendues jour et nuit, murs de défense, palissades en bois, fosses traversant certaines routes, etc. Le tout prend la forme d’une guérilla bocagère.

Le 17 novembre, entre 13 500 et 40 000 opposants participent à une manifestation de réoccupation du site. Le point d’orgue de ce rassemblement est la construction de cabanes sur un nouveau site, La Châtaigneraie, rebaptisée La Chateigne ou La Chat-Teigne. Une semaine plus tard, le 23 novembre, la réponse est violente. Cinq cents gendarmes participent à une nouvelle opération d’évacuation, où les tirs de grenades lacrymogènes et de flash-balls blessent une centaine d’opposants. En réaction, les comités de soutien se multiplient dans toute la France, dépassant la centaine en un mois.

Le lendemain, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault annonce la mise en place d’une commission de dialogue entre les deux camps, laissant entendre qu’il n’y aurait pas d’opération de police avant la remise du rapport de cette commission. L’opération César est de facto terminée. Elle a notamment eu pour résultat de faire affluer de nombreux nouveaux habitants sur la ZAD, qui passent de cent cinquante à trois cents habitants en un mois, et s’activent à reconstruire ce qui a été détruit, à ouvrir de nouveaux lieux d’habitation.

Proposé par : Bretagne Culture Diversité