Vern, terre inondable !

Auteur : Francis Favereau / août 2022

Qui ne connaît les Arvernes d’Auvergne ? Composé du préfixe ar- / uerna & uernos en gaulois, ce mot est usuel en Occitanie pour l’aulne (verne, vergne, Lavergne / aulnaie, Aulnoy, etc.). Le gallois a gwern, le gaélique a évolué en fern, fearn – double sens alder et swamp (aulne, marais), puis mât (d’aulne poussant dans l’aulnaie). Vern (toponyme de Haute-Bretagne, gaulois, patronyme Verne) est identique aux multiples toponymes du Finistère (Le) Vern (Cornouaille et Léon), en vannetais (er uern / Guern). Mais le Trégor-Goélo a la forme brittonique en W : le Ouern (ar Wern), Gwern-. Qui plus est, le nom de famille usuel Le Guern, Guernic, se prononce /gwèrn/ en Goélo-Trégor, mais /guèrn/ en Finistère. Autre doublet, à Poullaouen même (entre est et ouest – gorre & goueled) : war an dôl / var an daol (comme en Léon V / trégorois war) ; ar est la forme du vannetais comme du gallois, partout en préfixe (Argoat Argoad, Arvor Armor), le V gaulois (Vercingeto-rix, Verdun) a le sens du latin super ou du grec hyper (S/H indoeuropéen !)1 ;

Proposé par : Bretagne Culture Diversité