L’affaire Cairon : l’anti-aliénisme gagne la Bretagne !

Auteur : Anatole Le Bras / juin 2019

Une polémique inattendue éclate le 3 novembre 1869 dans les colonnes de L’Électeur du Finistère, organe de presse de l’opposition à l’Empire. Sous le titre « La loi sur les aliénés », le journal publie un long témoignage de Lucien Cairon, avocat de profession, qui dit avoir été victime d’une séquestration arbitraire dans les asiles Saint-Méen (Rennes), puis Saint-Athanase (Quimper), au cours des années 1867 et 1868. Pour le rédacteur du journal, son récit « apporte à la liste déjà si longue des abus commis sous le couvert de la loi sur les aliénés de 1838, son contingent de faits graves ». La polémique rebondit le 19 novembre dans les colonnes du même journal avec une réponse à Cairon signée du Dr Penquer, qui prend la défense des médecins mis en cause et de la loi de 1838. Pour les aliénistes, Lucien Cairon est atteint de « manie aiguë » – « bien qu’il y ait de la suite dans ses raisonnements », reconnaissent-ils. Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Fin juillet 1870, Lucien Cairon est de nouveau interné à l’asile Saint-Athanase, après avoir été arrêté par la police à Brest pour s’être livré à des « excentricités troublant l’ordre public ». Son état mental semble ensuite se dégrader. Lucien Cairon meurt à l’asile de Quimper le 15 janvier 1875.

Véritable séquestration arbitraire ou accusation infondée venue d’un malade insuffisamment rétabli ? Il ne revient pas à l’historien d’en juger a posteriori mais simplement de souligner à quel point les patients, la presse et l’opinion publique bretonne participent aux débats sur l’assistance aux aliénés. La Bretagne est, elle aussi, touchée par la vague « anti-aliéniste » qui agite la France à la fin du Second Empire. Elle a trouvé dans le cas Cairon son « affaire Sandon », du nom de cet autre avocat qui déclencha de vives polémiques en dénonçant son internement à Charenton.

 

Proposé par : Bretagne Culture Diversité