Les Birvideaux

Auteur : Jean-Christophe Fichou / janvier 2019

Il s’agit certainement du phare en mer le plus méconnu, sans doute parce qu’il n’a jamais été habité, et pourtant il fut l’un des plus difficiles et le plus cher à construire Il est bâtit sur un platier rocheux  situé à peu près entre les îles de Groix et de Belle-Ile au Sud-Est, mais pour l'achever, l’administration des Ponts et Chaussées dut attendre plus de trente ans. De la sorte, ce chantier détient sans conteste le record absolu de durée. Á la fin du XIXe siècle, seule la solution du mouillage de bouées s’avère possible. Cette opération est approuvée en  décembre 1875. Pour tenter d’améliorer le balisage on tente d’installer une balise en fer et les travaux commencent au cours de l’été 1880, mais sont interrompus en 1888 car les difficultés rencontrées sont trop importantes. Les travaux reprennent en 1901 pour ériger une tourelle en maçonnerie mais ils avancent au ralenti jusqu'à la Grande Guerre, laquelle les interrompt totalement. Ils ne sont repris qu'en 1921. On procède aux premiers essais de feu le 26 août 1935 et le 8 novembre un avis au navigateur prévient de l’allumage définitif d’un feu blanc à occultations toutes les 4 secondes.  Allumé au bout de cinquante ans d’effort, il s’agit en la matière d’un record incontestable et pourtant ce chantier demeure pratiquement inconnu du public !

À tous les égards il mérite une attention toute particulière ne serait-ce que pour l’énergie dépensée ; 7 conducteurs, 8 ingénieurs en chef, 8 ingénieurs ordinaires, sans compter les scaphandriers, les marins (pas moins d’une vingtaine par campagne), et bien sûr les maçons, au moins une quinzaine chaque été... Sans oublier le budget faramineux englouti dans cette aventure, le plus important jamais consenti en France pour la réalisation d’une tour en mer. Les techniques utilisées et les matériaux mis en œuvre avaient déjà connu des résultats positifs sur d’autres chantiers, et celui du phare des Birvideaux en a manifestement bénéficié : aucun mort, aucun accident, aucune difficulté insurmontable, l’épopée ne pouvait que germer. Remarquable, le résultat obtenu ne faisait que confirmer l’excellence du Service des phares. Sans doute est-ce pourquoi les Birvideaux échappent, aujourd’hui encore, à la véritable légende qui entoure certain des plus célèbres phares bretons comme Kéréon ou Ar-Men.

Proposé par : Bretagne Culture Diversité