Les noms locaux des plantes, expression de la diversité linguistique en Bretagne

Auteurs : Laurent Gall - Maëlle Mériaux / septembre 2017

De nombreux végétaux se caractérisent par une fluctuation importante de leur dénomination : il s’agit principalement de plantes herbacées sauvages (plantains, pissenlit, achillée millefeuille, chénopode, renouées...). D’autres noms de plantes sont relativement stables sur le plan géographique. Par exemple, sur l’ensemble de la Basse-Bretagne, on trouve peu de variations pour les noms d’arbres, d’arbustes, d’arbrisseaux, de certaines herbacées sauvages (ortie, linad ; ronce, drez...) et des plantes de cultures. Il s’agit de végétaux familiers, très répandus, dont la reconnaissance pose peu de problème à la population dans son ensemble.

Plantain majeur - Plantago major - Laurent Gall

Certains noms de plantes illustrent le voisinage entre les langues et franchissent dans un sens ou dans un autre la frontière linguistique. On peut ainsi comparer les dénominations de plantes en gallo et en breton. L’aire d’extension du nom« pied de coq », désignant la renoncule-bouton-d’or, comprend la Sarthe, le Maine-et-Loire, la Mayenne, la Bretagne gallèse et « déborde dans un large secteur du pays bretonnant où on emploie pié-kog pour nommer la plante. La situation s’inverse dans le sud-ouest du pays gallo, qui a conservé le mot breton pobran, de pao-bran « patte-de-corbeau » (C. Capelle). De même, on note la persistance de deux autres noms bretons de plantes dans le gallo, à proximité de la frontière linguistique : berlu (burlu et brulu en breton) pour la digitale et trinchon (treñchon, trichin...) pour la grande oseille. Vers l’est du pays gallo, on trouve fréquemment les mots nu-nu pour la digitale et vinette pour l’oseille. Ces chevauchements s’expliquent par une aire d’influence du breton sur le gallo liée au retrait progressif de la langue bretonne vers l’ouest, au cours de l’histoire. Les influences sont bien souvent réciproques comme l’indique la pénétration de la forme /pyéko/ dans l’aire bretonnante.

Proposé par : Bretagne Culture Diversité