Saint-Cornély

Auteur : Philippe Gouezin / novembre 2016

Patron de la paroisse de Carnac, saint Cornély est le plus connu des saints protecteurs du bétail et notamment des bêtes à cornes. Son culte est principalement localisé dans le sud de la Bretagne, coïncidant curieusement avec l’implantation des monuments mégalithiques, comme à Languidic et Plouhinec, également pourvus autrefois de grands ensembles mégalithiques.

Son nom est la forme bretonne de Corneille (en latin : Cornelius). Selon la légende, saint Cornély, pape à Rome et poursuivi par une armée de païens, se retrouva face à la mer et se cacha dans l’oreille d’un des deux bœufs qui l’accompagnaient. Il changea en pierres la troupe de ses poursuivants. Ainsi seraient nés les alignements de Carnac par la transformation de cette armée en soldats pétrifiés, vers le IIIe siècle de notre ère.

Saint Cornély, entouré de bêtes à cornes, serait une résurgence d’un dieu totémique celtique (et cornu), Kernunnos ou Cernunnos, lié à la fertilité et aux animaux. Il serait à la fois le maître des animaux et l’intermédiaire entre le monde des vivants et celui des morts. On peut même imaginer assez facilement que l’imagerie médiévale du Diable (cornes et queue) lui doive beaucoup.

L’étymologie, la linguistique et la toponymie proposent des liens, souvent douteux, avec des déclinaisons liées aux cornus, aux bovins mais la prudence s’impose.

Proposé par : Bretagne Culture Diversité