Sur les traces des templiers de Bretagne

Auteur : Philippe Josserand / novembre 2016
Les Templiers n’ont jamais vraiment disparu de Bretagne. Après la suppression de leur ordre entérinée au concile de Vienne en 1312, les frères ont fait l’objet de différentes traditions et, connus notamment sous le nom de « moines rouges », ils sont restés vivants dans la mémoire collective locale bien au-delà du Moyen Âge. Ainsi, la légende s’est mêlée à l’histoire, parfois au point de la dénaturer. Pourtant, une historiographie du Temple existe en Bretagne, servie par des érudits depuis le XIXe siècle et animée aujourd’hui par la recherche universitaire. Lacunaire encore, la connaissance des frères dans l’ancien duché a très largement progressé et elle devrait continuer à le faire grâce à des questionnements nouveaux, surtout en matière d’implantation et d’architecture, promis à rencontrer l’intérêt toujours présent du public.

Près de deux siècles d’histoire

Nés à Jérusalem en 1120 dans le but de défendre les pèlerins du Saint-Sépulcre et, plus encore, d’appuyer les États latins d’Orient, les Templiers sont apparus en Bretagne avant même que leur ordre, neuf ans plus tard, ait été reconnu par l’Église et doté d’une règle. En 1128, une donation intéressant Coudrie (Challans, en Vendée) mentionne pour la première fois un seigneur breton, Garsire, sire de Retz et de Machecoul. La même année, sans doute, une concession ducale installait les frères à Nantes, sur l’île de la Hanne. En 1141, elle était complétée par différents droits et par un terrain, au Pré d’Anian , destiné à être construit. Outre les ducs, qui n’ont jamais remis en cause leur soutien au Temple, c’est toute la population bretonne qui a favorisé son essor. Servis par un intérêt réel pour la Terre sainte, les frères demeuraient populaires au tournant des XIIIe et XIVe siècles. Sans doute leur expansion s’était-elle localement ralentie, mais il n’y a pas eu de crise. Le procès, né de la volonté de Philippe le Bel, était étranger à la Bretagne. Cependant, comme dans toutes les terres appartenant à la couronne de France, les frères y ont été arrêtés et leurs biens placés sous séquestre. Des enquêtes bretonnes – si tant est qu’elles aient existé – il ne reste rien, et les rares Templiers interrogés à Paris ayant servi dans la région paraissent innocents des charges dont ils ont été accusés. On ignore le sort qui fut le leur une fois l’ordre supprimé, même s’ils sont sans doute revenus dans le duché finir leur existence dans leurs anciennes commanderies, désormais passées au pouvoir de l’Hôpital.

Principales maisons des ordres militaires à la fin du XIIIe siècle

Une forte présence régionale

Prendre la mesure de l’implantation bretonne du Temple n’est pas simple. Le document indispensable pour ce faire est une charte datée de 1182 et attribuée au duc Conan IV recensant, sans nullement les détailler, une centaine de lieux où les frères possédaient des biens. L’acte est précieux car sans équivalent, mais il s’agit d’un faux. Ayant pour finalité d’être cru, il n’est pas sans intérêt pour l’historien, qui doit néanmoins le dater convenablement afin d’établir à quelle époque se rapporte cette liste des biens de l’ordre en Bretagne. Tout porte à croire que la charte a été rédigée autour de 1312, à l’occasion du passage des possessions du Temple à l’Hôpital, et c’est donc du patrimoine des coreligionnaires de Jacques de Molay à la veille du procès qu’elle attesterait. Présents de façon ancienne et probablement plus forte dans le diocèse de Nantes, les Templiers s’étaient établis dans chacun des évêchés bretons, excepté le Léon. Leur temporel ne s’était pas formé au hasard, et, en dépit de l’aléa des donations, les frères ont toujours œuvré au mieux de leur intérêt, s’intégrant au système seigneurial et favorisant des activités spéculatives, aux débouchés souvent urbains, pensées pour aider leurs missions. Au Temple, le secours de la Terre sainte était essentiel et l’organisation de l’ordre était conçue en fonction. La Bretagne n’a nullement fait exception et, dépendant de la province d’Aquitaine, elle était divisée en six à dix commanderies, où vivaient une trentaine de frères – chevaliers, chapelains et surtout sergents – qui, dans la gestion des hommes et des ressources, se chargeaient du lien avec l’Orient.

Les possessions templières d'après la fausse donation de Conan IV

Vestiges et mémoires du Temple

D’un passé aussi riche on pourrait attendre qu’une mémoire abondante soit apparue dès la fin du Moyen Âge. Il n’en est rien. Les traditions mettant en scène les Templiers en Bretagne sont légion, mais, pour la plupart, elles ne remontent pas au-delà du XIXe siècle. Terribles ou au contraire propices, toutes prêtent aux frères une puissance et en font d’exceptionnels bâtisseurs, leur attribuant églises et châteaux. Les vestiges bretons de l’ordre ont fait abondamment couler l’encre, et, face aux mythes, encore trop souvent tenus pour avérés, la réalité historique court le risque de décevoir. Les chapelles templières de Bretagne ont presque toutes été reconstruites et, si plusieurs abritent des restes antérieurs au début du XIVe siècle, seules deux n’ont subi que des modifications mineures, Saint-Jean-Baptiste, à La Nouée (Yvignac), et surtout la Madeleine, à Clisson. La trace des édifices civils du Temple est encore plus ténue : les châteaux relèvent de la légende et les logis ou les bâtiments agricoles des commanderies ont été remaniés à l’époque moderne par les Hospitaliers, quand ils n’ont pas purement disparu. En Bretagne plus encore qu’ailleurs, l’histoire des Templiers doit se garder du mythe. Il incombe assurément aux professionnels et aux spécialistes la responsabilité de divulguer le fruit de leurs recherches plus qu’ils ne le font, mais sans doute peut-on espérer en retour que le public leur accorde sa confiance et se garde de prêter foi aux racontars de tous ordres qui circulent sur le Temple.

Calvaire de Saint-Maudez (2,5 km de Dinan). Le calvaire passe pour être un menhir christianisé par les Templiers installés tout près à Vilde-Guingalan. Il est orné de statues de chevaliers à la longue chevelure priant mains jointes et l’épée au côté. On l’appelle la procession des moines. Ce sont peut-être plutôt des Hospitaliers successeurs des Templiers - Photo Philippe Lanoë
Chapelle de la Madeleine à Clisson - Crédit : Ville de Clisson

Bibliographie

  • Ogée Félix-François, « Notice sur l’ancienne chapelle des Templiers [à Nantes] », Le Lycée armoricain, 3.2 (1825), p. 252-255.
  • Hersart de La Villemarqué Théodore, Barzaz Breiz. Chants populaires de la Bretagne, Paris, 1839.
  • La Poix de Fréminville Christophe-Paulin de, « Notice sur quelques monuments de l’ordre des Templiers dans le département des Côtes-du-Nord », Mémoires de la Société Nationale des Antiquaires, 15 (1840), p. 343-359.
  • La Bigne-Villeneuve Paul de, « Sur les possessions des Templiers en Bretagne », Bulletin archéologique de l’Association bretonne, 4 (1852), p. 188-202.
  • Barthélemy Anatole de, « Chartes de Conan IV, duc de Bretagne, relatives aux biens de l’ordre du Temple et de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem », Bibliothèque de l’École des Chartes, 33 (1872), p. 445-456.
  • Guillotin de Corson Amédée, Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bretagne, Nantes, 1902, rééd. Marseille, 1987, puis sous le titre Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, Yoran Embanner, Fouesnant, 2006.
  • Berthou Paul de, Clisson et ses monuments. Étude historique et archéologique, Nantes, 1910.
  • Dailliez Laurent, La France des Templiers, Marabout, Paris, 1974.
  • Lascaux Michel, Les Templiers en Bretagne, Éd. Ouest-France, Rennes, 1979.
  • Villeroux Nicole, « Les Templiers en Bretagne », dans Sur les pas des Templiers en Bretagne, Normandie et Pays de Loire, Copernic, Paris, 1980, p. 25-69.
  • Tillet Louise-Marie, Bretagne romane, Zodiaque, La Pierre-qui-Vire, 1982.
  • Boccard-Billon Michèle, « L’architecture religieuse des Hospitaliers en Bretagne au Moyen Âge : une étude à entreprendre ? », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 129 (2000), p. 87-96.
  • Deceneux Marc, « Le grand calvaire breton : une formule née dans le haut pays », Ar Men, 132 (2003), p. 34-41.
  • Demurger Alain, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, Seuil, Paris, 2005.
  • Le Sauce Xavier, « La commanderie de Clisson au Moyen Âge. Étude d’un établissement templier et hospitalier du duché de Bretagne (XIIe-XVe siècle) », Mémoire de première année de master (2 vol.), Université de Nantes, 2006.
  • Colin François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne du XIIe au début du XIVe siècle. Histoire, historiographie et mythe », Mémoire de première année de master, Université de Nantes, 2007.
  • Cassard Jean-Christophe, L’Orient des Bretons au Moyen Âge, Skol Vreiz, Morlaix, 2007.
  • Gautier Louis-Christian, Histoire des Templiers en Bretagne, Yoran Embanner, Fouesnant, 2008, version publiée d’un mémoire de l’Enseignement militaire supérieur scientifique et technique, « L’ordre du Temple et son implantation en Bretagne », déposé en 1987.
  • Colin François, « Quand l’historien doit faire confiance à des faux : les chartes confirmatives de Conan IV, duc de Bretagne, aux Templiers et aux Hospitaliers », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 115.3 (2008), p. 33-56.
  • Roger Jean-Marc, « La prise de possession par l’Hôpital des maisons du Temple en Bretagne et en Poitou (mai 1313) », Revue historique du Centre-Ouest, 7.2 (2008), p. 215-243.
  • Colin François, « Templiers et Hospitaliers dans les villes de l’ouest de la France (XIIe-XVe siècle) », Mémoire de deuxième année de master (2 vol.), Université de Nantes, 2008.
  • Colin François et Josserand Philippe, « Bretagne », dans Prier et combattre. Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Nicole Beriou et Philippe Josserand (dir.), Fayard, Paris, 2009, p. 175-176.
  • Josserand Philippe, Les Templiers de Bretagne, Gisserot, Paris, 2011.
  • Josserand Philippe, « Les Templiers en Bretagne au Moyen Âge : mythe et réalité », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 119.4 (2012), p. 7-34.
  • Josserand Philippe, « Templiers », dans Dictionnaire de Nantes, éd. par Alain Croix et alii, Rennes, 2013, p. 958.
  • Lemaître Steven, « Les ordres religieux-militaires en Bretagne. Histoire, art et mémoire (XIIe-XVIe siècle) », Thèse de doctorat de l’Université de Rennes-II, en cours d’achèvement.

Proposé par : Bretagne Culture Diversité