1964, la première classe de mer

Auteur : Malo Camus-Le Pape / mai 2019

Au moins de juin 1964, pendant deux semaines, les CM2 de l’école des garçons de Lanrédec, vivent une expérience originale : la première classe de mer. Quand on interroge sur le pourquoi de cette classe, les organisateurs expliquent : « D’abord, on s’est aperçu que beaucoup de petits brestois ne connaissaient pas la mer ! ».

Les 24 garçons présents sont pour la plupart d’origine modeste : neuf familles habitent encore en baraques. Pour eux, la mer est un milieu inconnu et l’école un lieu très codifié. En réorganisant la classe par sa transplantation dans un contexte nouveau, une première rupture apparaît. En effet, si la responsabilité du groupe reste bien sûr à la charge de l’enseignant, des étudiants titulaires du livret d’aptitude à l’encadrement des adolescents lui viennent en aide. Une relation nouvelle s’instaure alors entre les élèves et l’enseignant par le partage de moments de vie à la cuisine ou sur l’eau et non plus seulement une relation d’apprentissage en salle de classe comme en témoigne le jeune Daniel : «  Le matin à 7h30, le maître vient nous réveiller en chantant ».

Les journées ne sont pas fixes mais s’organisent autour de temps forts – classe le matin, repas commun à midi, voile l’après-midi, jeux ou veillée lecture le soir – auxquels s’ajoutent des visites du patrimoine local : Abbaye de Landévennec, presqu’île de Crozon ou encore un parc à huitres.

Ce premier essai est une réussite, les conclusions étant largement positives comme le note René Le Corre, le directeur de l’école : « Tous les enfants dans tous les domaines, profitèrent grandement de cette classe de mer. Tous les jours cette même vie exaltante, toujours renouvelée, dans ce milieu apaisant. En s’appuyant sur une observation attentive des faits et des choses, l’intérêt des enfants pour les études se trouva revivifié ». Conscient de l’existence d’une opportunité, l’organisateur Jacques Kerhoas appelle à « vulgariser ces classes de mer ». C’est chose faite dès les années suivantes avec le développement croissant et rapide du nombre de classes, puis la reconnaissance par l’Education Nationale en 1971.

Proposé par : Bretagne Culture Diversité