Les 50 otages de Nantes et de Châteaubriant (22 octobre 1941)

Auteur : Christian Bougeard / novembre 2016
L’exécution de 50, en fait de 48, otages français par la Wehrmacht en représailles à la mort du Feldkommandant, le lieutenant-colonel Karl Hotz, le 20 octobre 1941 à Nantes, provoque dans le pays une émotion sans précédent car c’est la première exécution de masse en France occupée.

Le Parti communiste français se lance dans la lutte armée

Après l’invasion de l’URSS par Hitler le 22 juin 1941, le PCF clandestin entre totalement dans la résistance basculant dans la lutte armée pour ouvrir, selon les directives de Staline, « un second front à l’Ouest ». Pendant l’été, les premiers attentats ont visé des officiers allemands en région parisienne. À la mi-octobre, trois groupes de trois jeunes militants des Bataillons de la Jeunesse et de l’Organisation spéciale (OS) sont envoyés à Rouen, à Nantes et à Bordeaux avec pour mission d’abattre un officier allemand, sans que leurs camarades qui les hébergent localement en soient informés. À Nantes, il s’agit de Spartaco Guisco (30 ans), un ancien des Brigades internationales en Espagne, Gilbert Brustlein (22 ans) et Gilbert Bourdarias (17 ans). Alors qu’ils sont sur le point d’échouer (comme le groupe de Rouen) et de rentrer à Paris après avoir saboté une voie ferrée, le 20 octobre, à 7 h 45 du matin, Guisco et Brustlein repèrent deux officiers allemands dans la rue du Roi Albert près de la cathédrale de Nantes. Brustlein abat Karl Hotz de deux balles, ignorant qu’il s’agit du Feldkommandant de la Loire-Inférieure. Le capitaine Sieger en réchappe car l’arme de Guisco s’est enrayée. C’est le plus haut gradé allemand tué en France depuis l’armistice. Hitler réagit en appliquant le décret Keitel du 16 septembre 1941 et le code des otages de la Wehrmacht du 28 septembre : pour un soldat allemand tué, 50 à 100 otages choisis dans les milieux communistes et résistants seront fusillés.

« Obsèques à Nantes du lieutenant colonel Hotz » - INA.

Les 48 otages de Nantes et de Châteaubriant

La traque des polices allemande et française (Police judiciaire, brigades spéciales de la Préfecture de police de Paris) commence immédiatement et les auteurs de l’attentat qui sont parvenus à quitter Nantes seront rapidement identifiés et bientôt arrêtés en région parisienne, sauf Gilbert Brustlein. Mais pour frapper l’opinion et briser toute velléité de résistance, Hitler ordonne au général Otto von Stülpnagel, le gouverneur de l’administration militaire en France occupée, de faire fusiller 100 otages, chiffre ramené à 48 car la seconde vague est suspendue sine die le 27 octobre, en partie du fait des interventions de ministres de Vichy (Darlan, Pucheu). Le maréchal Pétain qui avait alors menacé de se présenter comme otage n’a pas donné suite. Le 22 octobre, 16 otages sont fusillés au champ de tir du Bêle à Carquefou près de Nantes, cinq au Mont-Valérien à Suresnes, et 27 dans la carrière de la Sablière à Châteaubriant.

Une stèle présente chacun des 27 fusillés de Châteaubriant. Carrière des fusillés - Pays de Châteaubriant

Choisis parmi les politiques internés au camp de Choisel depuis le printemps 1941, les otages de Châteaubriant sont presque tous des cadres communistes arrêtés pour propagande en région parisienne à l’automne 1940. Il s’agit d’élus, de syndicalistes CGT et de militants comme le jeune Guy Môquet (17 ans et demi) dont le père, ancien député, est déjà détenu par Vichy. Parmi les victimes, Pierre Guéguin, l’ancien maire et conseiller général communiste de Concarneau qui, bien qu’ayant condamné le Pacte germano-soviétique en 1939 et été exclu du Parti, a été révoqué et interné par Vichy. Avec lui, son ami trotskiste, l’instituteur Marc Bourhis.

Les 21 otages nantais, déjà emprisonnés pour des actions de résistance, comptent à la fois des notables de la ville, des membres d’un des premiers réseaux de renseignement et d’évasion, celui de Marcel Hévin, fusillé au Mont-Valérien (arrêté sur trahison en avril 1941) et des jeunes résistants. Ainsi, cinq anciens combattants qui, dans le cadre d’un Comité d’aide nantais, ont fait évader des prisonniers de guerre, et ont été arrêtés en janvier 1941. Parmi eux, le président du Comité Léon Jost, directeur aux établissements Lu, l’avocat socialiste Alexandre Fourny, adjoint et conseiller général, et Auguste Bouvron. On compte aussi quatre jeunes résistants catholiques dont Michel Dabat qui a hissé le drapeau tricolore sur la cathédrale de Nantes dans la nuit du 10 au 11 novembre 1941. Neuf des 21 Nantais ont moins de 21 ans.

Des réactions de grande ampleur

À l’annonce de l’exécution des otages, la stupeur et l’indignation sont telles dans tout le pays que le PCF n’osera pas revendiquer cette action pendant plusieurs mois. D’ailleurs, la thèse de règlements de comptes entre Allemands ou d’un attentat de la Gestapo contre Hotz circulera longtemps dans les milieux nantais. L’événement traumatique provoque une importante fracture entre l’opinion publique et le régime de Vichy car beaucoup réalisent alors que la politique de Collaboration d’État du régime et l’intervention de Pétain ne protègent nullement d’une sanglante répression allemande. En outre, Pierre Pucheu, son ministre de l’Intérieur qui est intervenu pour faire modifier une première liste d’otages comportant trop d’anciens combattants à son goût, remplacés de fait par des communistes, s’est compromis. Il en paiera le prix à Alger, qu’il a gagné volontairement en étant condamné à mort, et sera fusillé le 20 mars 1944. L’armée allemande qui applique cette « politique des otages » se rend compte de son effet contre-productif.

Mémorial de Châteaubriant - Pays de Châteaubriant
À Londres, le général de Gaulle réagit dès le 23 octobre à la BBC. S’il reconnaît la légitimité du combat armé, il appelle « actuellement » à ne pas tuer d’Allemands, considérant que le tribut à payer est trop lourd et ce type d’action prématuré. C’est désavouer la guérilla urbaine du PCF. Son opinion est confortée le 24 octobre par la fusillade à Bordeaux de 50 otages supplémentaires à la suite de l’attentat de Pierre Rebière. Le 25, Churchill et Roosevelt réagissent à leur tour. Mais le 31 octobre, de Gaulle demande aux Français de cesser le travail pendant cinq minutes à 16 h en hommage aux victimes et, le 11 novembre, Nantes devient la première des cinq villes de France nommées Compagnon de la Libération, rejointe en 1946 par l’île de Sein. De Gaulle viendra lui-même à Nantes remettre la Croix de la Libération au maire, le socialiste Clovis Constant, le 14 janvier 1945. Avec la guerre froide, la mémoire des « 50 otages » devient douloureuse et conflictuelle : le PCF fait des « 27 fusillés de Châteaubriant » un lieu de mémoire national qui tend à occulter les autres victimes tandis qu’à Nantes deux commémorations séparées tendent à s’opposer.

 

Bibliographie

Franck Liaigre, 22 octobre 1941. Le drame des 50 otages en 30 questions, La Crèche, Geste éditions, 2001.

Christian Bougeard, La Bretagne de l’Occupation à la Libération (1940-1945), Rennes, PUR, 2014.

Obsèques à Nantes du lieutenant colonel Hotz - vidéo INA

Proposé par : Bretagne Culture Diversité