La Neustrie

Auteur : Tudi Kernalegenn / décembre 2016

La Neustrie est le nom d’un royaume franc qui couvrait le nord-ouest des territoires dominés par les Francs. À l’époque mérovingienne, sa frontière sud était la Loire et sa frontière nord-est l’Escaut ou la Somme. Les pays de Nantes, de Rennes et de Vannes en faisaient partie.

La Neustrie est l’héritière de l’ancien royaume gallo-romain de Syagrius, conquis par Clovis en 486. En 561, à la mort de son fils Clotaire Ier, lors du partage du Regnum Francorum entre ses quatre fils, Chilpéric Ier hérite d’un territoire qui prend le nom de Neustrie. Les trois autres grands royaumes sont l’Austrasie, au nord-est, la Bourgogne, au sud-est, et l’Aquitaine, au sud-ouest. L’opposition se cristallise surtout entre la Neustrie et l’Austrasie. Plusieurs rois, parmi lesquels Clotaire II ou Thierry III, règnent sur la Neustrie, mais à la fin du viie siècle les Austrasiens prennent l’ascendant.

À l’époque carolingienne, la Neustrie n’est plus un royaume, mais la dénomination demeure, réduite toutefois au territoire entre Seine et Loire. Au viiie siècle, une marche de Bretagne est mise en place à l’ouest de la Neustrie pour contenir les Bretons, après que Pépin le Bref a conquis Vannes en 753. Le préfet de la marche (ou marquis) de Bretagne le plus connu est Roland, mais elle fut surtout dominée par la famille franque des Widonides, comtes de Nantes.

Au cours de la deuxième moitié du IXe siècle, les Bretons conquièrent une bonne partie de l’ouest de la Neustrie. Les Scandinaves quant à eux s’installent au nord de la Neustrie, dans ce qui deviendra la Normandie. Cette double pression oblige les rois Francs à créer deux marches de Neustrie, contre les Normands et contre les Bretons. Le dernier titulaire de la marche contre les Normands, Bérenger, serait le grand-père de Juhel Bérenger, comte de Rennes et soutien d’Alain Barbetorte dans la reconquête de la Bretagne. La marche neustrienne contre les Bretons fut dominée par les Robertiens, ancêtres des Capétiens.

Localisation de la Neustrie à l'époque mérovingienne puis carolingienne.  Sémhur. Wikipédia.

Bibliographie

  • Atsma Hartmut (dir.), La Neustrie : les pays au nord de la Loire de 650 à 850, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1989.
  • Guillotel Hubert, « Une autre marche de Neustrie », dans Onomastique et Parenté dans l'Occident médiéval, Oxford, Linacre College, Unit for Prosopographical Research,coll. « Prosopographica et Genealogica / 3 »,‎ 2000, 310 p., p. 7-13

Proposé par : Bretagne Culture Diversité