Le mégalithisme en Bretagne

Auteur : Yannick Lecerf / décembre 2016
Terre de légende et d’Histoire, la Bretagne a su préserver de nombreux vestiges hérités des civilisations du passé. La séquence néolithique (5 000 ans à 2 500 ans avant notre ère) s’y trouve fortement représentée par une concentration mégalithique qui n’en finit pas d’étonner. Des architectures simples aux plus complexes, le visiteur reste dans l’émerveillement face à la volonté et au travail réalisé par ces communautés déjà parfaitement structurées.


La Bretagne puise son identité culturelle dans l’histoire des hommes et dans la variété de son paléo-environnement. Passant de la lande sévère aux douces bordures littorales, elle offre des paysages hospitaliers rythmés par une géologie diversifiée.

Une lente installation


Dénoncés par la présence d’un outillage lithique assez fruste (choppers et chopping-tools), les premiers hominidés visitent la région environ 650 000 ans avant notre ère. Depuis lors, évoluant au rythme des glaciations (Mindel, Riss et Würm) , ces communautés premières passent d’une errance en quête de nourriture à un nomadisme centré sur la chasse organisée. C’est seulement à partir du début du VIe millénaire avant J.-C. que l’agriculture et l’élevage fixent les clans sur des territoires définis.

Définition d’un terroir


Choisissant en fonction des ressources naturelles, les communautés s’attribuent un espace identifié par des éléments topographiques (cours d’eau, lignes de crêtes, accidents géologiques, etc.). Afin d’assurer sa production, l’homme ouvre le paysage. Son habitat regroupé n’est jamais très éloigné des points d’eau. Sur les sommets environnants, il construit de grands monuments funéraires. Entre ces espaces dédiés à la vie pour le premier et à la mort pour le second, il profite des disponibilités géologiques pour dresser des champs de menhirs.
C’est bien l’association de ces trois espaces distincts qui définit un territoire néolithique.
Malgré les aléas du temps et quelques réaménagements fonciers destructeurs, la multiplication de ces vestiges, encore parfaitement visibles en Bretagne, permet un aperçu de la répartition du peuplement de ces premières communautés d’éleveurs/agriculteurs.

Une architecture en évolution

Le Grand Menhir brisé d’Er Grah -Locmariaquer. Le plus grand menhir connu, il faisait 18 m de hauteur. Photo : Philippe Gouezin.
Apparu sur la péninsule bretonne vers 5000 avant J.-C., le Néolithique se découvre par la présence d’un mégalithisme aux architectures variées. Contrairement à toute logique évolutive, les constructions sont rapidement marquées par le gigantisme. Les grandes sépultures collectives que sont les cairns, comme les menhirs plantés (18,5 m pour le grand menhir brisé Locmariaquer), atteignent des masses et des volumes considérables. Puis, en se réduisant, leur architecture se modifie, alors que leur nombre se multiplie durant les 3 000 années de cette période. Dès l’avènement de la métallurgie (Âge du Bronze vers 2200 avant J.-C.), le mégalithisme est abandonné par une nouvelle société à l’organisation pyramidale plus accentuée.
Porter un intérêt sur le phénomène mégalithique c’est entreprendre une approche des modes de pensée et de raisonnement de ces populations.

Le temps des cairns

Cairn du Petit Mont. Débutée en 4600 avant JC, la construction du cairn s’étale sur 2000 ans. Photo : Philippe Lanoë.
Dès les premières sédentarisations les hommes s’engagent dans l’aménagement du monde de leurs morts. Placé sur un point élevé, il est situé hors des lieux de vie. Ces sépultures collectives se présentent sous la forme de grands cairns scellant plusieurs chambres funéraires. En bâtissant, le dos à la mer, une nécropole sur le promontoire de Barnenez en Plouézoch (29), la communauté marque ostensiblement sa vénération et sa déférence pour ses défunts. Les différents espaces sépulcraux sont englobés dans un long tertre tumulaire construit en deux phases. Avec ses 75 m de longueur pour une largeur de 22 m, la masse du monument pouvait dépasser 6 m de hauteur. Cette forme de construction présente dans tout le grand ouest se retrouve tout le long de la bande littorale bretonne, mais est aussi signalée par quelques réalisations identiques à l’intérieur des terres, en bordure du réseau hydrographique, comme le cairn de Ty Floch en Saint-Thois (29). Puis réduisant sensiblement leur volume, les cairns accueillent des chambres funéraires évoluant selon les lieux et le matériau disponible. Sur le site de Larcuste à Colpo (56), l’un des deux cairns compte six chambres réparties de part et d’autre d’un couloir d’accès. Dans d’autres cas on voit apparaître des chambres transeptées, comme au Cruguellic en Plœmeur (56), ou à cellules compartimentées (Mané-Croc’h en Erdeven, 56). Le cairn de Gavrinis (commune de Larmor-Baden, 56), avec toutes ses pierres gravées, constitue un monument exceptionnel pour cette période.

Cairn de Gavrinis. Signes en « U » et arceaux emboîtés. Photo : Philippe Gouezin.

Le temps des allées couvertes


Ces grandes tombes collectives progressivement délaissées, sont remplacées par des allées couvertes parmi lesquelles viendront s’intercaler des dolmens à couloir coudé ou à chambre latérale. Ce type de constructions s’étend de l’embouchure de la Loire à celle du Blavet. On peut citer comme exemple le dolmen de Kernours au Bono (56) ou encore celui de Goërem sur la presqu’île de Gâvres (56).
Les allées couvertes se présentent comme un espace funéraire allongé dont l’entrée est matérialisée par un rétrécissement. Dans quelques cas une chambre ouverte (la cella) est aménagée au dos de la dalle de chevet. Construit en dalles de granite, micaschiste ou schiste, l’espace funéraire est couvert de plusieurs grandes tables de pierre. L’ensemble est inclus dans un tertre tumulaire parfois limité par un péristyle de petites dalles plantées.
Quelques particularités se remarquent de temps à autre. On peut signaler l’imposant monument de la Roche-aux-Fées en Essé (35) qui appartient à la catégorie des dolmens angevins à portique. Les Tablettes de Cournon (56) sont les restes d’un monument du même type.

L’imposante allée couverte de Tréal, longue d’une quinzaine de mètres. Crédit : photo CPIE Val de Vilaine.

Des menhirs gigantesques aux champs de menhirs

Menhir du Champ-Dolent à Dol-de-Bretagne (9,30 m). Photo : Philippe Lanoë.
Entre les lieux d’habitat et les espaces dédiés au funéraire, les menhirs trouvent souvent leur place à proximité immédiate des affleurements géologiques. Cependant, comme pour déroger à cette règle, quelques exemples parmi les plus anciens ensembles de pierres levées résultent de déplacements et manutentions de masses imposantes sur de longues distances. Orienté selon un axe nord/sud, l’alignement voisin de la Table des Marchand en Locmariaquer (56), aujourd’hui détruit, était constitué d’au moins dix-sept monolithes. Le gigantisme et l’orientation de cette file de menhirs sont significatifs des constructions du début du Néolithique. Trois autres grosses masses monolithiques sont encore visibles sur le territoire de cette commune. D’autres grands menhirs sont présents dans le Finistère, celui de Kerloas en Plouarzel, ou en Ille-et-Vilaine, comme celui du Champ-Dolent près de Dol-de-Bretagne.
Les constructeurs de mégalithes entreprennent ensuite d’ériger des champs de menhirs qui constituent une autre forme de gigantisme.
Généralement appliqués sur les lignes géologiques, les grands ensembles se multiplient sur le massif breton. Les plus significatifs suivent l’anticlinal sud de la Bretagne, orienté proche d’un axe est/ouest, et se développent sur les communes de la Trinité-sur-Mer, Carnac et Plouharnel (56). Les ensembles de pierres levées se retrouvent en tous lieux. Pour exemple on peut citer : Monteneuf (les Pierres droites), Languidic (Kersolan) en Morbihan ; Saint-Just (Cojoux), Langon (les Demoiselles), Landéan (le cordon des Druides) en Ille-et-Vilaine ; Camaret-sur-Mer (Lagatjar), Plomeur (Kerfland) en Finistère ; Pleslin-Trigavou (les alignements des Rochers) en Côtes-d’Armor.

 

Quel sens donner aux menhirs ?


Ces aménagements de pierres levées se sont développés et ont évolué sur plusieurs millénaires pour certains. N’étant pas clairement liés au funéraire, ils semblent vouloir marquer des événements importants pour les communautés néolithiques de tradition orale. L’art rupestre vu sur certains de ces monuments reste un message aujourd’hui encore mal compris. Leur orientation plus dépendante des ressources géologiques locales que d’une volonté humaine les écarte des interprétations astrales.

Un autre type d’organisation lithique regroupe les enceintes mégalithiques en forme d’ellipse ou de quadrilatère (autrefois appelées cromlechs). Ces monuments, qui apparaissent dans la seconde partie du Néolithique, livrent très peu d’informations sur leur fonction. Sont-ils en relation avec le système astral ? Sont-ils liés au funéraire ? Les quelques petits coffres cinéraires, associés à la double enceinte présente sur l’îlot d’Er Lannic dans le golfe du Morbihan, sont trop marginaux pour apporter une réponse.

Les alignements du Menec à Carnac regroupent 1099 menhirs sur 11 files. Photo : Philippe Lanoë.
Quelles que soient les architectures et les fonctions de ces monuments lithiques, leur nombre ainsi que leur omniprésence affirment l’existence de communautés parfaitement structurées. Suffisamment productrices, les activités sédentaires leurs permettaient l’entreprise de réalisations marquantes. Celles-ci soulignent, aujourd’hui encore, la forte identité culturelle des peuples qui ont façonné la Bretagne.
 

Bibliographie

  • Briard Jacques, Dolmens et Menhirs, Éditions Gisserot, 1990.
  • Briard Jacques, Gautier Maurice, Leroux Gilles, Les Mégalithes de Saint-Just, Éditions Gisserot, 1993.
  • Giot Pierre-Roland, L’Helgouac’h Jean, Monnier Jean-Laurent, Préhistoire de la Bretagne, Éditions Ouest-France, 1979.
  • Lecerf Yannick, Les Mégalithes de Monteneuf, Éditions Gisserot, 2001.
  • Lecerf Yannick, Les Pierres Droites, Réflexions autour des menhirs, DAO, 1990.
  • Lecerf, La Bretagne préhistorique, les peuplements des origines à la conquête romaine, Skol Vreizh, 2014.
  • Le Roux Charles-Tanguy, Gavrinis, Éditions Gisserot, 1995.
  • Le Roux Charles-Tanguy et Lecerf Yannick, Le grand cairn de Barnenez, mausolée néolithique, Éditions du Patrimoine, 2003.

Inventaires mégalithes 

Ressources pédagogiques

  • Panorama de l’art :

Alignements de Carnac : un lieu pour les dieux ? Un calendrier solaire ? C'est ce que propose de nous faire découvrir le site Panorama de l'art de la Rmn-Grand Palais.

  • Centre monuments nationaux :

http://www.culture.gouv.fr/culture/arcnat/megalithes/index.html

  • Valise pédagogique réalisée sur les alignements de Carnac :

http://www.monuments-nationaux.fr/fichier/edu_doc/6/doc_pdf_fr_edumonume...

Contacts 

  • Les alignements de Carnac

Service d’action éducative

BP 152

56343 CARNAC

Tél : 02 97 52 77 95 ou 02 97 52 77 31

Fax : 02 97 52 77 96

Contact : Jean-Michel BONVALET

jean-michel.bonvalet@monuments-nationaux.fr

Musées 

Livres enfants 

 

Vidéo

 

Art contemporain 

 

Proposé par : Bretagne Culture Diversité